28 jours plus tard

Danny Boyle a une piètre opinion de notre société et ici encore il en fait une brillante démonstratrion.28 jours plus tard ou comment décimer tout un pays grâce à un virus foudroyant et mortel, ou comment faire ressortir les pires pulsions animales humaines.LA mise en scène est particulièrement brillante. Le support choisi (DV) donne une texture d'image tout à fait appropriée et renforce l'esprit du film.Le choix des acteurs (inconnus) renforce l'universalité de l'histoire.Danny Boyle revient avec un film violent, sans concessions, un film dans la lignée de "Petit meurtre" et "Transpotting"