Angel-A

Quelle deception ! J'attendais certes trop du dixieme (et ultime ?) film de Luc Besson mais bon il aurait pu faire un petit effort !. Pourquoi un tel battage mediatique sur l'identite d'Angel-A (alors qu'au bout de 5 minutes de film, on a compris qui c'etait), pourquoi tant de mystere ? Peut etre parce que Besson savait que son film n'etait pas parfait... Ce qu'on ne peut pas reprocher a Angel-A, c'est que c'est superbement filme et genialement eclaire, tous les plans sont recherches, en plus le noir et blanc ca pete (peut etre parce qu'on n'en voit pas souvent au cinema). Par contre le scenario tient sur un confetti et Besson a reutilise (j'espere que c'est pas par hommage car la ca tiendrait du narcissisme) des dialogues de Leon (le passage culte des "Ok...Ok...Ok..."), et puis une certaine plume de forest gump, la c'est du vol manifeste !!! Cote interpretation, c'est bon sans etre exceptionnel. Jamel Debbouze joue tres bien mais n'arrive pas a me tirer de larmes meme dans la scene du miroir. Rie Rasmussen est impressionnante (elles font combien de metres ses jambes ??), c'est un personnage feminin typiquement Bessonien (ca peut decevoir). Rie est un peu limite dans les scenes "emouvantes", par exemple dans la scene dans le palace, elle passe d'un seul coup d'un visage neutre a un visage totalement en larmes, il n'y a pas assez de nuances dans son jeu. Voila donc une belle deception pour le dernier film de Besson, on est TRES TRES loin de l'excellence de "Leon" (mon deuxieme film prefere).